L'Annuaire La Visite Virtuelle

Le Rafiot-Livres

 

Rendez visite à ce "vrai" bouquiniste comme on les aime !

Monsieur Fayolle vous accueillera avec une boisson chaude et saura vous conseiller sur vos lectures.

Egalement écrivain, ce passionné de littérature, chine en permanence pour vous trouver les livres les plus beaux et les plus rares !

le Rafiot-Livres à St Geoire en Valdaine

Le Rafiot-Livres 

Bouquiniste 

 

 Place de l'Eglise 

38620  Saint-Geoire-en-Valdaine

Appeler 06 72 09 42 42 

 

VISITE VIRTUELLE

A l’origine des mots

L’écriture est un outil de communication gigantesque, essentiel à l’humanité. Son invention découle de celle des chiffres, imaginé par les Sumériens en - 3 300 afin de procéder efficacement à leurs transactions financières. En parallèle, d’autres formes d’écritures naissent à plusieurs endroits du globe, si bien que l’écriture n’est pas une invention propre à une civilisation, mais un mélange et une évolution entre plusieurs cultures.

Dans le pays de Sumer, l’actuel Irak, les Sumériens utilisent des roseaux taillés en forme de pointe, appelé calames pour dessiner des pictogrammes sur des tablettes d’argile. Il existe plus de 1 500 pictogrammes, chacun représentant un mot spécifique. Dans des cas particuliers, certains sont mélangés afin de former un idéogramme.
Plus tard, les roseaux sont taillés en biseau et les signes prennent une forme de « clou », engendrant l’appellation cunéiforme. Ces nouveaux signes sont au nombre de 600.
En 2 000 avant J.C, le sumérien disparait en tant que langue parlée en Mésopotamie mais perdure comme langue savante. Les empereurs d’Akkad, qui ont envahi la région au début du IIIe millénaire avant J.C, reprennent l’écriture cunéiforme pour retranscrire leur langue : l’akkadien. Ce dernier engendre alors deux dialectes, l’assyrien et le babylonien.
On retrouve également des traces de signes cunéiformes chez la civilisation Olmèques, en Amérique centrale.

Les premières traces d’écritures en Egypte remontent à 3 000 avant J.C, mais leurs origines sont certainement beaucoup plus anciennes.
Les hiéroglyphes regroupent une multitude de signes se lisant généralement de droite à gauche. Cependant, le sens de lecture est donné en fonction de la position des hiéroglyphes, selon si les figures regardent vers la droite ou la gauche.
Les hiéroglyphes possèdent trois catégories majeures. Les phonogrammes expriment le son, tandis que les pictogrammes, pouvant être écrits seuls ou à plusieurs, symbolisent les objets ou les idées. Lorsque ces deux sortes de signes sont combinés, ils deviennent des déterminatifs et servent à la compréhension du texte.
L’écriture dite cursive se développe en parallèle aux hiéroglyphes, même si certains des signes de ces derniers subsistent. Elle est plus simple et s’écrit plus rapidement. Elle se simplifie encore plus vers -650, créant l’écriture démotique, et gagnant d’autres milieux de la population, les hiéroglyphes étant réservés aux scribes.

Du côté de la Crête, c’est en -4 000 qu’apparaissent les premières traces d’écritures. Elles se développent à Knossos et évoluent en trois étapes. Le linéaire B se compose de 200 signes formés de syllabes et est surement une forme de l’ancien grec. Le linéaire A, quant à lui, possède des signes plus stylisés mais n’a pas encore été compris par nos contemporains. Enfin, le disque de Phaïstos comprend 45 symboles uniques sur ses deux faces. Ils n’ont été retrouvés nulle part ailleurs et demeurent un mystère.

L’écriture chinoise est la seule à ne presque pas avoir changé en 6 000 ans. En -1 000, on retrouve plus de 4 500 symboles chinois. Ce sont des idéogrammes utilisés pour des images simples d’objets, des symboles représentant une idée ou un concept, des agrégats logiques formant divers caractères afin d’en créer un nouveau, et des complexes phoniques. La particularité de cette langue veut qu’un mot écrit de la même manière peut se prononcer d’une façon différente, changeant radicalement son sens.

Quant est-il de l’origine de notre Français ?
Il remonte à la Mésopotamie, où l’alphabet consonantique des Phéniciens prend la place des autres langues de cette région, ainsi que de l’Egypte. De nos jours, cette écriture est encore utilisée pour les langues hébraïques, arabes et syriennes. De plus, elle ne comporte que des consonnes, au nombre de 22. Elle est également à l’origine de la langue araméenne, écrite vers -900.
Vers -800, les Grecques s’inspirent de l’alphabet phénicien grâce à des marchands rencontrés sur les ports. Ils créent ensuite leur propre écriture en y rajoutant les voyelles.
L’alphabet grec s’étend en Europe grâce aux conquêtes d’Alexandre le Grand. Il dérive des langues russes ou bulgares actuelles.
Vers -400, l’alphabet latin naît d’un mélange entre l’alphabet grecque et étrusque. Ce dernier viendrait de l’Asie Mineure et arrive en Italie vers le IVe siècle avant J.C.
Le latin évolue pendant plusieurs siècles et s’étend au fil des conquêtes romaines dans l’Europe de l’ouest notamment, écrasant les dialectes des régions envahies.
La langue et l’écriture latine perdent en popularité suite à la chute de l’empire romain, puisqu’elle n’est plus la langue officielle de l’Etat le plus important du monde.
Le latin est réformé en 800 par Charlemagne et gagne le clergé et la noblesse, engendrant une littérature importante.
Le déclin de cette langue commence au XVIe siècle sous François Ier, alors qu’il proclame le Français comme langue officielle du royaume. Considérée comme mort de nos jours, le latin perdure cependant comme une des langues officielles du Vatican.

Le Français a lui-même évolué depuis la décision de François Ier et continue encore. De nos jours, certains des mots que nous écrivons avaient une orthographe différente il y a un siècle, et de nouvelles lois ou décisions poursuivent ce cheminement.
Cela est le cas pour toutes les langues actuelles. D’ici quelques siècles, ces langues que nous utilisons tous les jours, que nous parlons, lisons et écrivons, n’auront peut-être plus aucun sens pour nos descendants.

Océane JARDIN


Sources :

hominides.com
classes.bnf.fr
histoire-pour-tous.fr
larevuedesmedias.ina.fr
superprof.fr
Photo : medium.com