L'Annuaire La Visite Virtuelle

Cliquez dans le champ du moteur de recherche et tapez les mots clefs qui correspondent au professionnel qui vous intéresse (Lieu, catégorie, nom etc...)

 

L'aventure commence ! 

Lucie vous attends avec le sourire et la passion du métier,

dans un cadre lumineux et chaleureux,

pour un moment de détente unique. 

Prenez vite rendez-vous !

Visite Virtuelle de l'Echappée Belle à St Geoire en Valdaine

VISITE VIRTUELLE

Et non, l’épilation ne date pas d’hier !

 

De tout temps, l’humanité cherche à se débarrasser de ses poils, synonymes d’animal et d’impureté.
 

 

Déjà à la période de la préhistoire, les chercheurs ont retrouvé dans des sépultures, des outils réservés à l’épilation.

 

C’est à partir du 3e millénaire avant notre ère que la chasse au poil devient une mode. Du moins chez les nobles, en Mésopotamie, Phénicie et en Egypte antique. Sous l’influence de la religion, les personnages de la haute société s’épilent la totalité du corps. Les pharaons collent des fausses barbes à leur menton, et leurs femmes remplacent leurs cheveux par des perruques. Cela peut surprendre mais dans la religion égyptienne, l’épilation symbolise la pureté du corps au contraire des vrais poils qui sont impurs.

 

A partir du Ve siècle, les barbiers se développent en Grèce et à Rome, permettant à toutes les classes sociales de s’épiler. Les habitudes sont les mêmes qu’à notre époque, certains vont voir un professionnel, d’autres préfèrent s’épiler à la maison. Au contraire des Phéniciens qui utilisent la pince, les Romains préfèrent brûler les poils avec des coquilles qu’ils chauffent avant de les poser sur la peau. Ne brûlant alors pas que les poils… Une autre technique étonnante : les Romains utilisent du sang de chauve-souris pour l’épilation des sourcils pour que la repousse soit moins rapide…

 

En 476, la chute de l’empire romain entraîne un changement de mode. Les poils ne sont plus considérés comme impur « grâce » à la religion catholique. En effet, elle interdit aux fidèles de les retirer, puisque si Dieu a créé les hommes et les femmes avec des poils, il faut les garder. Pendant les cinq siècles suivants, l’épilation est proscrite.

 

En revanche, les pays Arabes n’étant pas catholiques, l’attrait des peaux lisses perdurent. L’arrivée des Européens pendant les croisades, et leurs rencontres avec des femmes épilées, redonnent le goût de la disparition de la pilosité. En rentrant dans leurs pays, les hommes rapportent à leurs femmes des techniques de préparation à base de cire d’abeilles, de sucre et de gommes végétales naturelles. C’est le début de l’épilation dite orientale. Les pratiques sont à présent à l’épilation du front, afin de l’avoir le plus grand possible, des aisselles et du pubis.

 

A partir de la Renaissance, l’épilation est à nouveau laissée de côté puisque le corps se couvre de plus en plus. Seul le visage des hommes est travaillé avec du sang de poule, des onguents d’argent et même du plomb !

 

Au XXe siècle, suite à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les femmes s’émancipent et gagnent petit à petit leurs droits. Leurs vêtements se raccourcissent et leurs libertés s’allongent. Plus la peau est révélée, plus elle est préférée lisse. L’épilation du maillot et des aisselles reprennent du terrain, ainsi que celle des jambes qui n’avaient pas été touchées depuis l’époque gréco-romaine.

C’est à partir des années 1980 que la chasse aux poils est perçue comme indispensable.
 


De nos jours, ce n’est plus la religion qui décide de nos poils, mais la mode et les médias qui la diffusent. L’évolution des mœurs, les codes sociaux, le culte du corps rejettent toute la pilosité du corps. Nous cherchons à l'éliminer définitivement grâce à de nouveaux outils plus ou moins douloureux : on arrache avec des épilateurs électriques, on brûle avec des lasers d'épilation. A notre époque, on rêve d'une épilation définitive. 
 

 

Les poils, ce n’est donc qu’une histoire de mode. On les adore ou on les hait selon l’époque.  

 

Qui sait, peut-être que dans un futur proche, nous les vénérerons à nouveau ? 

 

 

                                                                                                                                                            Océane JARDIN 

 

Référence sources : 

Raconte moi l'histoire 

 

Epilation définitive
Epilateur électrique

L'ECHAPEE BELLE