L'Annuaire La Visite Virtuelle
Visite Virtuelle La Brasserie Artisanale du Val d'Ainan

VISITE VIRTUELLE

BRASSERIE ARTISANALE

DU VAL D'AINAN

VIDEO PRESENTATION

La bière, une histoire de 10 000 ans
 
La première trace écrite de la confection de la bière remonte à 4 000 avant J.C, au cœur de la civilisation Sumérienne. Sur des tablettes d’argile, ils nous rapportent une vingtaine de recettes et de variétés de bières. On suppose cependant que la bière est apparue bien plus tôt, vers 8 000 avant J.C, dès le commencement des cultures de l’orge et de l’épeautre.

 

A cette époque, la fabrication de la bière se fait à partir des graines de ces céréales, qui sont ensuite transformées en petits pains. Ceux-ci sont après émiettés, déposés dans des jarres et laissés à la fermentation durant plusieurs jours. Puis les Sumériens ajoutent des aromates tels que le miel ou des dattes à leur boisson. Pour la dégustation, ils utilisent des pailles en roseaux pour éviter d’avaler des résidus présents dans le breuvage.

 

A ce moment-là, il n’y a aucune règle encadrant la fabrication de la bière. Il faut attendre le IIe millénaire avant J.C, chez les Babyloniens, pour qu’elles apparaissent. Si ces règles ne sont pas respectées, le brasseur a le droit d’être noyé dans sa production !

 

Les croyances des civilisations antiques conférent à la bière une dimension divine. Les Babyloniens et les Sumériens l’offrent en présent à leurs Dieux. Les Egyptiens, quant à eux, croient que le dieu Osiris a oublié une infusion d’orge et d’eau sacré du Nil au soleil, la transformant en vin d’orge. Ils l’appellent ainsi car la vigne n’est pas connue dans leur pays, mais nous savons de nos jours que cette boisson est bel et bien de la bière.

 

Les Egyptiens l’aromatisent avec du gingembre, du genièvre ou encore du safran. Elle est fabriquée par des femmes et servie par des prêtresses. La bière est utilisée comme aliment pour ses vitamines, comme remède mais aussi comme produit esthétique.

 

On raconte que Cléopâtre prend des bains remplis de cette boisson, réputée pour ses bienfaits sur la douceur de la peau.

 

De leur côté, les Grecs et les Romains préfèrent le vin et considèrent la bière comme la boisson du pauvre. C’est cependant via leur médiation que ce breuvage s’installe peu à peu dans la péninsule ibérique, puis dans la Gaule. Ces derniers la considèrent comme une véritable potion magique et nous leur devons également l’invention du tonneau, permettant le contrôle de la fermentation et le stockage.

 

Du côté des Celtes, ils nomment la bière la Cervesia, en l’honneur de Cérès, la déesse des moissons et des céréales.

 

Au XIIe siècle apparaît le houblon, apportant l’amertume à la bière et le nouveau métier de maître-brasseur.

 

Au fil des siècles appartenant au Moyen-Age, la bière se fait une place dans les cours européennes. Aux yeux de l’Eglise, elle est tout d’abord perçue comme la boisson du diable, à l’opposé du vin qui est le sang du Christ. Puis les hommes de Dieu s’y intéressent peu à peu, jusqu’au IXe siècle, où Charlemagne, pour s’assurer la bonne qualité, réserve l’exclusivité de sa fabrication aux moines. Des brasseries fleurissent alors au sein des monastères, dont les résultats sont offerts en guise d’hospitalité et de charité aux passants, pèlerins et malades. La levure de bière ayant certains bienfaits sur la santé, l’Eglise finit par considérer ce breuvage comme un don de Dieu.

 

Des brasseries urbaines se développent également dans les communautés. A la Renaissance, en 1489, le statut de brasseurs de Paris est officialisé et le mot bière entre dans le vocabulaire.

 

Les différentes régions d’Europe instaurent leurs propres lois pour encadrer sa fabrication. Le duché de Bourgogne instaure le houblon comme épice, tandis que l’Empire germanique décrète que seul trois ingrédients peuvent composer le breuvage : l’eau, le malt et le houblon. Toutes ces décisions engendrent les différences que nous connaissons aujourd’hui entre les bières allemandes et belges par exemple.

 

La révolution industrielle apporte la possibilité d’exporter les bières des fabricants. En effet, avant cette période, les ventes se font exclusivement de manière locale ou le brassage se pratique dans les foyers, pour leur consommation personnelle.

 

Le développement du bateau et de la locomotive à vapeur marque le début des brasseries internationales, qui utilisent aussi la vapeur dans la fabrication de la bière, remplaçant les chevaux à l’ouvrage.

 

La perte de l’Alsace-Lorraine par la France engendre l’émigration des habitants à Paris, amenant avec eux leur savoir-faire.

 

Les techniques s’améliorent, la bière devient un breuvage apprécié en société, et les brasseries se multiplient dans la capitale.

 

Certaines entreprises cherchent à s’agrandir mais sont confrontées au manque d’espace dans Paris et aux prix excessifs.

 

La solution est trouvée dans l’aménagement des sous-sols. C’est idéal pour réduire leurs impôts puisque les taxes foncières, au XIXe siècle, sont principalement basées sur les portes et les fenêtres.

 

Jusqu’au XIXe siècle, la bière reste fragile et la fermentation n’est pas comprise par les fabricants.

 

C’est grâce à Louis Pasteur que nous avons la qualité que nous connaissons aujourd’hui. Il étudie la chimie de la fermentation et finit par comprendre le rôle que jouent les micro-organismes présents dans la levure. Il améliore les conditions d’hygiène du brassage et met à jour la pasteurisation des produits. La bière devient alors plus seine et limpide. La réfrigération, la verrerie ou encore les appareils de filtrage, permettent d’augmenter les productions et la conversation des boissons.

 

De nos jours, la bière attire de nombreux consommateurs. Elle est présente de partout et pour de nombreuses occasions. D’une grande popularité, elle a même sa propre fête, l’Oktoberfest, qui se déroule tous les automnes à Munich. 

 

   

                                                                                                                                                      Océane JARDIN

pariszigzag.fr

univers-biere.net

histoire-pour-tous.fr

ARTICLE

SITUATION

04 76 06 33 45 

EBOOK de présentation

http://la-visite-virtuelle.com/

Galerie Photos